Un modèle de laïcité bien comprise ?

Le 18 avril dernier, s’est tenue à l’Université nationale de Singapour, une conférence conjointement organisée par l’Université Sorbonne Paris Cité et l’université singapourienne pour débattre de la laïcité, et plus particulièrement pour comparer l’intégration des communautés musulmanes en France et à Singapour. Cette conférence internationale (1) a rassemblé des universitaires français et singapouriens, ainsi que le diplomate Jean-Christophe Peaucelle, Conseiller pour les Affaires religieuses au ministère des Affaires étrangères en France et le diplomate singapourien Mohammad Alami Musa, président de l’Islamic Religious Council of Singapore.

L’ambassadeur Jean-Christophe Peaucelle, conseiller pour les affaires religieuses du Ministère des Affaires étrangères en France et l’ambassadeur Mohammad Alami Musa, président de l’Islamic Religious Council of Singapore.

L’ambassadeur Jean-Christophe Peaucelle, conseiller pour les affaires religieuses du Ministère des Affaires étrangères en France et l’ambassadeur Mohammad Alami Musa, président de l’Islamic Religious Council of Singapore.

En France comme à Singapour, l’une des questions principales concernant les minorités musulmanes respectives de ces deux pays est celle de leur « intégration ». Les deux groupes de chercheurs ont souligné qu’une des solutions pour résoudre les problèmes de tension entre un Etat laïc et une communauté religieuse minoritaire serait d’expliquer davantage ce que signifie la laïcité. Un exemple tiré de l’actualité singapourienne a servi d’illustration : l’intégration des musulmans dans la marine. En effet, lors d’un débat au parlement singapourien quelques jours auparavant, la question fut soulevée d’équiper les navires de la marine de cuisines certifiées ‘halal’. Le ministre d’Etat à la Défense avait alors répondu que l’espace à bord devait être géré en priorité pour les besoins opérationnels des navires et que les besoins individuels devaient parfois s’y soumettre. Certains musulmans, a souligné le diplomate Mohammad Musa Alami, peuvent se sentir privé de possibilités d’emploi dans les secteurs sensibles du service public, et estimer ainsi qu’il y a discrimination. En comparaison, dans la marine française, les marins musulmans reçoivent des rations de combat halal s’ils le souhaitent, et beaucoup acceptent la nécessité d’un compromis, a affirmé Eric Frécon, chercheur associé à l’Asia Research Institute.

Séparer le politique et le religieux

Etant à la fois un pays profondément religieux et doté d’institutions laïques, Singapour pratique un modèle de séparation de la religion et de l’Etat qui lui est propre. Les diversités culturelles et religieuses sous-entendent des besoins et des objectifs différents, et parfois même contradictoires. Dans une société où plus de 80 % des citoyens se réclament d’une religion, tant la société civile que l’Etat ne peuvent ignorer cette dimension de l’identité nationale. Les autorités ont donc mis en place un cadre à la fois rigide et accommodant pour faciliter une certaine harmonie religieuse.

La laïcité à la singapourienne a, entre autres, pour but d’éviter l’intervention du religieux dans la sphère politique, ont mis en avant les universitaires singapouriens. Aucun parti politique ayant une affiliation religieuse n’est autorisé, et aucune des dix religions reconnues officiellement ne peut imposer ses valeurs au gouvernement, qui se doit de rester neutre. En contrepartie, l’Etat garantit la liberté de culte, la liberté de conscience et ne place aucune croyance au-dessus des autres (religion, athéisme, agnosticisme ou libre-pensée), assurant ainsi l’égalité républicaine. Chaque religion a donc sa place tant qu’elle ne perturbe pas l’équilibre social. « La religion dans un Etat laïc comme Singapour ne doit jamais devenir une source de friction ou d’animosité entre les différents groupes religieux », affirmait ainsi Lee Kuan Yew, Premier ministre de Singapour de 1959 à 1990 et fondateur du Singapour moderne.

La religion y est ainsi séparée de la politique, mais la religion n’est pas séparée de la vie publique et de la culture. Chacun, à Singapour, a des valeurs, qu’elles soient façonnées par des idéologies religieuses ou laïques, et tous peuvent participer au débat public afin de forger un consensus social. Alors que la religion est personnelle, elle n’est pas exclusivement privée et a une dimension sociale qui ne doit pas être banalisée, reconnaissent les dirigeants singapouriens. Les communautés religieuses peuvent donc s’exprimer publiquement sur des sujets ayant trait à la morale. Ce fut le cas notamment lors de la discussion sur la mise en place de casinos à Singapour en 2005.

S’adapter aux besoins spécifiques

L’approche de la laïcité « à la singapourienne » consiste ainsi à s’adapter équitablement aux besoins spécifiques et aux intérêts de divers groupes religieux en leur donnant accès à l’espace public sans remettre en cause l’harmonie sociale, systématiquement mise en avant dans le discours public. Lors de la célébration des fêtes religieuses, par exemple, des autorisations exceptionnelles sont données aux hindous pour des processions de rue, aux musulmans pour l’importation d’animaux destinés à l’abattage rituel, ou encore aux taoïstes pour l’incinération au grand air de papiers sacrés…

Le festival hindou de Thaipusam, célébré surtout par la minorité tamoule, est l’une des trois processions autorisées pour les hindous uniquement. C’est l’occasion de fêter la victoire du Bien sur le Mal, mais ce qui est surtout très impressionnant, à Singapour, c’est la procession, sur quatre kilomètres, de fidèles portant un kavadi (sorte de structure métallique dont les pointes reposent sur le corps à demi nu du pénitent). En janvier dernier, le gouvernement a autorisé pour la première fois depuis 42 ans les musiciens ‘live’ le long de la procession. L’assouplissement des règles était fondé sur les recommandations de l’Hindu Endowments Board (Comité consultatif pour les affaires hindoues), et faisait suite à des altercations ayant eu lieu l’année précédente entre les forces de l’ordre et quelques fidèles. La laïcité singapourienne est donc accommodante et ne s’enferme pas sur des principes figés. Comme dans de nombreux domaines, le gouvernement singapourien se veut pragmatique, ont encore estimé les universitaires.

Certains jours fériés reflètent la diversité de la société : Vesak Day célèbre l’anniversaire de Bouddha, Hari Raya Puasa correspondant à la fin du ramadan et Hari Raya Hadji (la fête du sacrifice) sont des célébrations musulmanes, Deepavali est la fête de la lumière pour les hindous, le Vendredi Saint et Noël sont des fêtes chrétiennes. Tous profitent de ces jours chômés, dans une volonté assumée de favoriser la cohésion sociale symbolisée lors de la fête nationale du 9 août : « l’unité dans la diversité ».

Les Malais, qui sont considérés comme étant tous nécessairement musulmans, représentent 14 % de la population et jouissent d’un statut particulier, inscrit dans la Constitution du pays (2) en raison de son histoire. Dans certains domaines juridiques tels que le mariage, le divorce ou le droit des successions, la communauté musulmane suit la loi musulmane, la charia, et l’Etat apporte son soutien à divers aspects de la vie religieuse tels que la construction de mosquées. Tout musulman travaillant à Singapour contribue chaque mois au « Mosque Building and Mendaki Fund » selon ses revenus. Il s’agit d’une contribution obligatoire pour le financement de la construction des mosquées.

Les limites de l’implication du religieux dans l’espace public sont fixées par toute une batterie de lois, telles que le Maintenance of Religious Harmony Act, mis en place en 1990 et qui vise à promouvoir la modération et la tolérance religieuse. Cette loi habilite par exemple le ministère de l’Intérieur à restreindre les activités de responsables religieux ou de toute autre personne menaçant « l’harmonie religieuse ». Il s’agit ici de contrôler ceux qui, sous couvert de la propagation ou de la pratique d’une croyance religieuse, essaieraient de monter les foules contre le gouvernement, et accessoirement contre les autres religions.

L’examen de conscience de la communauté musulmane

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, la communauté musulmane de Singapour a ressenti le besoin de communiquer sur la dimension pacifique de l’islam. C’est ainsi qu’en 2006, a été inauguré l’« Harmony Centre », un lieu d’accueil pour les non-musulmans afin d’aider à « une meilleure compréhension de l’islam et des musulmans au sein de la société multiraciale et multi-religieuse de Singapour ».

Harmony Centre

Harmony Centre

Les initiatives pour réfléchir à la place de l’islam dans la société sécularisée de Singapour se sont multipliées ces dernières années. Lors d’une conférence portant sur « l’islam dans le monde contemporain », organisée le 28 avril dernier par l’Ecole S. Rajaratnam pour les études internationales (3), le Dr Yaacob Ibrahim, ministre chargé des Affaires musulmanes, a souligné que le gouvernement de Singapour jouait un rôle important dans la promotion de l’harmonie : « Il a créé un environnement dans lequel les orientations encouragent la sensibilisation et le respect de la diversité culturelle, le respect du droit, et l’application d’une législation efficace qui criminalise les discours de haine (…). Pour cette raison, nous sommes unis contre les exclusivistes de toutes sortes qui dénigrent les croyances profondément ancrées dans les communautés religieuses, et qui affirment qu’une culture a une supériorité absolue sur les autres ».

« La communauté malaise-musulmane a le devoir d’en apprendre davantage sur les autres cultures, religions et sociétés de sorte qu’un consensus sur la recherche des meilleures solutions puisse être atteint », a-t-il ajouté. Des propos qui rejoignent la conclusion du diplomate Mohammad Musa Alami, qui lors de la conférence organisée en lien avec la France, a affirmé que « l’harmonie religieuse fondée sur la connaissance mutuelle a de meilleures chances d’être durable que l’harmonie fondée sur la tolérance mal informée, car elle permet de résister et de faire face aux situations de crise ».

Vivre aux côtés de croyants d’autres religions est tout à fait possible tant qu’on accepte que ce qui garantit son propre choix de dieu est un État laïque qui reste muet sur le bien-fondé de ce choix, et une volonté d’ouverture sur les autres choix.

 

(1) Intitulé de la conférence : « State secularism/laïcité and the “integration” of Muslim-minority communities in multi-ethnic and multi-religious context: A comparative case study of Singapore and France »
(2) Art 152 (2) : « Le gouvernement doit exercer ses fonctions de façon à reconnaître la situation particulière des Malais, qui sont les autochtones de Singapour, et par conséquent, il est de la responsabilité du gouvernement de protéger, sauvegarder, soutenir, favoriser et promouvoir leur éducation, leurs intérêts politiques, économiques, sociaux, culturels et religieux, ainsi que la langue malaise. »
(3) Cette école a été créée en 2007, au sein de l’Université technologique de Nanyang ; elle a ouvert récemment un programme d’études en relations interreligieuses dans les sociétés plurielles, dont le diplomate Mohammad Alami Musa est le directeur. (http://www.rsis.edu.sg/research/srp/ ).

Publicités

Thaipusam fait plus de bruit que d’habitude

Le festival hindou de Thaipusam est célébré surtout par les tamouls, en général en janvier ou en février. C’est l’occasion de fêter la victoire du Bien sur le Mal, mais ce qui est surtout très impressionnant, à Singapour, c’est la procession de 4 kilomètres de fidèles portant un kavadi (sorte de structure métallique dont les pointes reposent sur le corps à demi nu du pénitent). De nombreux fidèles portent les kavadis ou des pots de lait au cours de cette procession annuelle, soit pour expier leurs fautes, soit pour faire une demande précise ou encore simplement recevoir une bénédiction divine. En voici une photo que j’ai prise l’année dernière :

thaipusam2

Cette année, Thaipusam aura fait couler beaucoup d’encre… Tout a commencé par un accrochage durant la procession. Des musiciens accompagnaient un porteur de kavadi, et des policiers en civil leur ont demandé d’arrêter de jouer, car ce n’est pas autorisé durant la procession. Une altercation a alors suivi et 3 hommes ont été arrêtés pour obstruction aux forces de l’ordre. Après une première vague de rumeurs plus ou moins racistes, des questions intéressantes sont apparues dans les réseaux sociaux :

  • Pourquoi les instruments de musique ne peuvent-ils pas être utilisés pour aider les porteurs de kavadi au cours de Thaipusam?
  • Pourquoi les hindous sont-ils victimes de discrimination? D’autres groupes sont autorisés à jouer de la musique. Par exemple, la danse du lion durant le Nouvel An Chinois est accompagnée de beaucoup de ‘bruit’, et les Kompangs (sorte de tambours), accompagnent les mariages malais.

Comme souvent, lorsqu’une question sensible est posée, le gouvernement tente de calmer le jeu. Cette fois-ci, on a fait appel au ministre des affaires étrangères, un ‘indien tamoul’. K Shanmugam Sc, a posté un message sur sa page Facebook avec les explications suivantes:

« La plupart des gens ne réalisent pas, qu’à Singapour, toutes les processions religieuses à pied sont interdites. Cette interdiction a été imposée en 1964, après les émeutes (cf. mon article sur le sujet). Mais les hindous ont obtenu une exemption: les hindous ont été autorisés à trois processions religieuses: Thaipusam, Panguni Uthiram et Thimithi. Les processions religieuses hindoues passent par des routes principales. Aucune autre religion n’a ce privilège. Lorsque d’autres groupes religieux non-hindous font une demande pour faire des processions, celles-ci sont généralement rejetées. (…) Donc, premier point à noter: seuls les hindous sont autorisés à faire de grandes processions religieuses. »

shanmugan

K Shanmugam Sc, ministre des affaires étrangères

Le ministre commence ici par montrer qu’il n’y a pas de discrimination envers les indiens, au contraire, ils sont privilégiés. Qu’en est-il des instruments de musique ?

« Les danses du lion, les kompangs et autres célébrations ont souvent lieu au cours d’événements communautaires sociaux. Ce sont généralement des événements non-religieux. De même, lors d’événements communautaires hindous, les instruments de musique sont également utilisés (…) mais ce ne sont pas des processions religieuses. L’interdiction des processions religieuses (par opposition à de tels événements communautaires / sociaux) est due au fait qu’il y a là une sensibilité particulière, le risque d’incidents est considéré comme élevé. (…) Bien qu’il y ait une interdiction générale des processions religieuses, parfois, l’autorisation peut être accordée pour des événements religieux, avec de la musique dans un lieu public. (…) Ce que j’ai exposé sont les règles générales, parfois des exceptions peuvent être faites sur la base des faits spécifiques. Mais la position de base est la suivante: en règle générale, les processions religieuses ne seront pas autorisées, sauf pour les trois festivals hindous. (…) Est-il justifié d’accepter les instruments de musique pendant la procession de Thaipusam, pour soutenir les porteurs de kavadi? C’est une question qui peut être débattue. Il y a eu des incidents dans le passé qui ont conduit au durcissement de la règle. Si les règles doivent être assouplies, et si la musique devait être autorisée pendant les processions de Thaipusam, c’est quelque chose que le HEB[i] devra étudier. »

Ce qui apparaît encore une fois ici, c’est le côté très pragmatique des autorités singapouriennes. Lorsqu’il y a un problème, on trouve une solution (parfois radicale comme l’interdiction), mais la règle n’est pas éternelle, si le contexte change, on peut s’adapter. Concernant la musique durant la cérémonie de Thaipusam, depuis l’année dernière, les musiciens sont autorisés à jouer au départ et à l’arrivée de la procession, à l’intérieur des temples. En fait, la musique n’est pas autorisée en chemin pour des raisons très pratiques : les retards que cela occasionne pour la procession qui dure déjà très longtemps et qui bloque des routes importantes, et aussi la compétition entre les groupes de musiciens qui se laissent facilement emporter par l’effervescence.

Les commentaires qui suivent l’article sur la page Facebook du ministre sont en général positifs, mais certains estiment néanmoins qu’il y a bien une discrimination. Pourquoi une procession musicale a-t-elle eu lieu à Boat Quay lors de la Saint Patrick ? La course de Formule 1 bloque aussi les routes et fait beaucoup de bruit. Lors des élections, les partis politiques se font entendre dans les rues, etc… bref, tout se mélange un peu et on sent bien que certains, se sentant lésés d’une manière ou d’une autre, tentent de mettre en valeur les contradictions des autorités. L’un des responsables du HEB me disait, il y a quelques jours, que son organisation était parfois un peu débordée par les réseaux sociaux où des jeunes se crispent et ne comprennent pas les décisions prises en haut lieu.

Thaipusam

Pas facile donc de prendre en considération la sensibilité des gens, le respect des lois, la sécurité du public et l’harmonie entre les communautés. Bizarrement, dans ce contexte, une autre question a été soulevée qui me semble très intéressante : pourquoi la fête de Thaipusam ne serait-elle pas un jour férié ? Une pétition en ce sens a été lancée et a récolté plus de 17.500 signatures en 5 jours.

Thaipusam était un jour férié jusqu’en 1968. Il y avait à l’époque 16 jours fériés à Singapour. Au lendemain de l’indépendance de Singapour, dans un contexte économique difficile et un avenir incertain, il a été décidé que le nombre de jours fériés serait réduit afin que les Singapouriens saisissent « chaque occasion pour apporter leur contribution à l’effort national pour rester économiquement viable, et travailler au progrès, même pendant les difficiles années à venir », avait dit E.W. Barker, le ministre de la justice de l’époque. Il avait continué en disant au Parlement que les opinions des diverses communautés religieuses avaient été prises en compte. « Les Hindous, par exemple, ayant eu le choix d’avoir soit Deepavali[ii] soit Thaipusam comme un jour férié, ont choisi Deepavali » avait-il dit. Les musulmans avaient retenu Hari Raya Puasa[iii] et Hari Raya Haji[iv], tandis que les chrétiens ont gardé Noël et le Vendredi Saint. Parmi les jours fériés abandonnés, figuraient le lundi de Pâques et l’anniversaire du prophète Mahomet. Singapour s’est donc retrouvé avec 11 jours fériés (comme en France). Mais il est intéressant d’entendre la suite du discours de Mr Barker:

« Comme je l’ai souligné plus tôt dans mon discours d’ouverture, en raison du retrait britannique (…) c’est l’une des mesures que nous prenons pour demander à notre peuple de travailler plus dur. Cela signifie vous, moi et tout le monde. (…) Si notre île prospère, je suis sûr que le gouvernement va me demander de revenir ici et ce jour-là, je serai heureux de proposer des amendements pour augmenter le nombre de jours fériés. Mais laissez-nous d’abord montrer que nous pouvons travailler dur et que nous méritons plus de vacances. »

En d’autres termes, M. Barker a déclaré que le gouvernement allait augmenter le nombre de jours chômés si la nation venait à prospérer. Ces paroles ont été prononcées au Parlement le 1er Août 1968. Depuis, le PNB de Singapour a été multiplié par 300 ! E.W. Barker est décédé en 2001, on ne peut donc plus faire appel à lui, mais peut-être serait-il temps de remettre en place certains jours fériés, pour lever un peu le pied et enlever ses doigts de l’engrenage du ‘toujours plus’…

Photo de 1927, lorsque la fête de Thaipusam durait 3 jours...

Photo de 1927, lorsque la fête de Thaipusam durait 3 jours…

[i] HEB : Hindu Endownment Board, sorte de conseil hindou pour l’organisation d’événements.

[ii] Deepavali: la fête de la lumière pour les hindous

[iii] Hari Raya Puasa célèbre la fin du Ramadan

[iv] Hari Raya Haji célèbre le pélerinage à La Mecque, la fête du sacrifice (L’Aïd el-Kebir)