Plus d’un millier d’adultes seront baptisés à Pâques

L’Eglise catholique à Singapour compte environ 360 000 fidèles, auxquels viendront se joindre les 1 127 nouveaux catholiques qui seront baptisés lors de la Vigile pascale, ce 26 mars (à titre de comparaison, il y aura 4 911 baptêmes d’adultes en France pour plus de 40 millions de catholiques). Année après année, la vitalité de l’Eglise catholique à Singapour continue de s’affirmer comme une caractéristique notable d’une société par ailleurs plutôt séduite par le « money-théisme ».

Un dimanche de Carême à la paroisse du Christ-Roi d’Ang Mo Kio – 11h30 : l’église est pleine et les éventuels retardataires prennent le risque de ne plus trouver de places assises. La messe est solennelle, une dizaine d’enfants de chœur participent à une liturgie réglée au millimètre. La chorale d’une trentaine de chanteurs est là chaque semaine et entonne des chants classiques aussi bien que modernes. Il y a d’ailleurs une chorale différente pour chacune des six messes célébrées le week-end. En comptant les lecteurs, ceux qui distribuent la communion ou encore les responsables de l’accueil, plus de 60 personnes sont impliquées dans le bon déroulement de la célébration.

Dans l’église du Christ-Roi à Ang Mo Kio, un dimanche matin.

Dans l’église du Christ-Roi à Ang Mo Kio, un dimanche matin.

Après la liturgie, les membres de la communauté qui le souhaitent se retrouvent à la cantine, au rez-de-chaussée de l’église, pour déjeuner et passer un moment convivial ensemble. C’est ainsi dans la plupart des 31 églises catholiques de Singapour chaque week-end. Certaines paroisses ont même du mal à faire face au nombre de fidèles. Ce fut le cas de la paroisse de la Sainte-Trinité à Tampines (à l’est de l’île) car, au fil des ans, la population catholique du quartier a augmenté. D’une communauté de 8 000, la paroisse de la Sainte-Trinité s’est retrouvée avec plus de 14 000 fidèles. D’importants travaux de rénovation ont été effectués en 2006 pour accueillir la foule des fidèles : télévisions et rétroprojecteurs ont été installés pour retransmettre l’eucharistie. L’archevêque de l’époque, Mgr Nicholas Chia, a fini par annoncer la construction d’une autre église, dans la ville satellite voisine de Pasir Ris. C’est ainsi que, le 12 décembre 2009, a été célébrée la première messe dans la toute nouvelle église de la Miséricorde Divine.

Ne pas seulement faire du chiffre

Dans le diocèse de Singapour, le chemin vers le baptême n’est pourtant pas une simple formalité. Les adultes doivent suivre un parcours catéchuménal de plus d’un an, le RCIA (Rite of Christian Initiation of Adults). Cela veut dire se retrouver une fois par semaine avec d’autres catéchumènes, encadrés par des laïcs formés et un prêtre. Chaque catéchumène est accompagné par un « sponsor », un catholique qui le suit pendant toute la formation. Il s’agit d’apprendre à connaître la Bible, se familiariser avec les enseignements et les traditions de l’Eglise catholique, le tout dans une atmosphère de prière, de réflexion et de discernement. Les catéchumènes se retrouvent aussi à la messe chaque week-end et quittent la cérémonie après l’homélie pour un partage d’Evangile. L’année est parsemée de rites, tels que celui de l’appel décisif, juste avant le baptême prévu à Pâques. Cette année, pour le rite de l’appel célébré lors d’une messe anglophone, Mgr William Goh Seng Chye, l’actuel archevêque de Singapour, a déclaré : « Nous avons 992 catéchumènes au total, ce qui signifie une augmentation de 17 % par rapport à l’année dernière (…). Cependant, nous pouvons mieux faire, nous devons travailler plus dur. Il ne s’agit pas seulement de faire du chiffre, car répandre le message de la Bonne Nouvelle est en fait une œuvre d’amour, une œuvre de miséricorde.»

Devenir catholique à l’âge adulte à Singapour, équivaut la plupart du temps à quitter une religion pour en rejoindre une autre. « Ma mère était la seule catholique de la famille », explique Davinus Thiang, 28 ans. C’est à la suite de son décès qu’il commença à s’interroger sur la foi de sa mère. Il termine son témoignage ainsi : « Bien qu’elle soit bouddhiste, ma fiancée sera présente à mon baptême à Pâques. »

Une étude de 2014 s’est intéressée aux raisons qui peuvent pousser à changer de religion. Il en ressort que, dans cette société marquée par la quête d’une amélioration de sa condition matérielle, ceux qui deviennent catholiques y sont souvent invités par un ami ou un membre de leur famille (34,5 %), mais surtout qu’ils ont découvert dans la foi catholique un sens plus profond à leur vie (41,7 %). Le P. Bruno Saint Girons, missionnaire MEP présent à Singapour depuis plus de dix ans, remarque que « la découverte de Jésus et d’une communauté (l’Eglise) qui donnent du sens à la vie » est une raison fréquemment évoquée par les catéchumènes pour demander le baptême.

Un paysage religieux qui évolue

David Ratnagopal, 56 ans, est cadre dans l’administration d’une école. Il sera baptisé à Pâques. « Je connais ma femme depuis 36 ans, explique-t-il. Elle est née catholique et a une foi très forte. Pendant toutes ces années, elle ne m’a jamais poussé à devenir catholique. Je ne savais pas qu’elle priait pour moi pendant tout ce temps-là. Le jour est enfin arrivé, l’année dernière, où mon fils m’a demandé de venir à un cours Alpha. A partir de là, j’ai continué à cheminer avec RCIA et j’ai vécu un moment de rencontre intense avec le Seigneur lors d’une retraite. » Lorsqu’on lui demande pourquoi il souhaite devenir catholique, Lucas Neo, 42 ans, raconte : « Ça fait quinze ans, peut-être un peu plus. Tout a commencé quand j’ai suivi un cours de préparation au mariage. Depuis, il y a eu des hauts et des bas, mais Dieu ne laisse aucune de ses brebis s’égarer, et j’ai la chance d’être l’une d’entre elles. » Lui aussi sera baptisé dans quelques jours.

Le panorama religieux de Singapour n’est pas figé et tend à évoluer progressivement en fonction des mouvements migratoires, de l’évolution des mentalités et des conversions. Depuis quelques années, on note paradoxalement une nette progression de la religiosité en même temps qu’une très réelle progression du nombre des personnes ne se réclamant d’aucune religion. Si le nombre de chrétiens – et notamment de catholiques – continue à augmenter (ils représentent désormais près de 19 % de la population de la cité-Etat), le nombre de conversions et de baptêmes a plutôt tendance à se stabiliser. Le Bureau des statistiques de Singapour vient de publier un rapport sur la population dans lequel est souligné, entre autres choses, l’augmentation sensible du nombre de personnes ne s’identifiant à aucune religion (18,5 % en 2015, par rapport à 17 % en 2010).

Progression notable des ‘sans religion’

Les plus jeunes et ceux qui ont suivi de longues études sont les plus nombreux à ne pas se reconnaître dans une religion (23 % des 15-24 ans et 25,8 % de ceux qui sont passés par l’université). Malgré cette progression des ‘sans religion’, Mathew Mathews, chercheur à l’Institute of Policy Studies, souligne le fait qu’il est « difficile de dire s’ils n’ont vraiment aucune croyance religieuse (…). Ils peuvent adhérer à des croyances, mais simplement ne pas avoir le sentiment de faire partie d’un groupe précis. »

Face à ces évolutions, le gouvernement de Singapour tient à afficher sa neutralité et tente de promouvoir une laïcité ouverte où chaque religion a sa place dans le domaine public, pour autant toutefois qu’elle ne se mêle pas de trop près à la politique et respecte les autres religions. Les agnostiques, athées, humanistes et autres libres penseurs représentant maintenant près du cinquième de la population, des voix se font entendre pour que le gouvernement prenne un peu plus en compte cette partie de la population, notamment sur des sujets tels que la liberté d’expression, l’euthanasie ou encore le mariage homosexuel.

Publicités

Message de Noël musulman

Noël approche et je viens de lire un message interessant sur un blog qui, d’une certaine façon, est un message de Noël. Il s’agit d’une jeune musulmane, Noor Mastura, qui, avec ses propres mots, a tenté d’écrire aux communautés chrétiennes de Singapour pour leur tendre la main dans un contexte où le fondamentalisme musulman pourrait faire oublier le message de Paix et d’Amour de l’Islam. Je vous propose donc simplement une traduction du message de Noor, en vous souhaitant un très Joyeux Noël!

NoorPour les Églises de Singapour. ❤

J’écris cette lettre en tant que musulmane de Singapour.

J’adresse cette lettre aux croyants de cette église, le prêtre et les pasteurs, les employés pastoraux, et toutes les personnes qui commémorent la naissance de Jésus (la paix et les bénédictions soient sur lui) et Marie, la femme la plus pure de ce monde et la plus éminente dans l’autre monde.

Les événements récents tels que l’état islamique torturant nos frères chrétiens à Mossoul ou très récemment les fusillades à Sydney où de malheureux innocents ont été pris en otage, soit disant au nom de l’islam, ont provoqué une grande émotion, de la colère et de la haine de la part du reste du monde.

Cela nous scandalise et nous blesse autant que vous, nous sommes aussi en colère et peut-être même plus car ces criminels démoniaques ont détourné notre religion, ils l’outragent dans le but de promouvoir leur idéologie et d’arriver à leurs fins.

Bien que ces actes de terreur se produisent en dehors de Singapour, les répercussions de ces évènements commencent à résonner sur nos côtes.

Une des plus grandes grâces, que nous partageons tous, parmi beaucoup d’autres, est le fait de se sentir chez soi à Singapour. Nous sommes nés et avons grandi ici. Nos amis proches sont hindous, chrétiens, catholiques, bouddhistes, musulmans ou croyants de nombreuses autres religions. Nous ne voulons pas qu’il en soit autrement, et nous ne tolérerons pas non plus que quelqu’un, peu importe qui, menace cette paix et l’amour que nous partageons.

La majorité des musulmans, 99,999% d’entre nous, sont amoureux de nos prophètes et messagers, chacun d’entre eux. Ils forment un tout et nous ne préférons aucun messager de Dieu aux autres. À Lui seul nous sommes soumis. En fait, cela fait partie de la foi d’un musulman de croire en la Bible et en Jésus (paix soit sur lui), il en va de même pour la Torah, les écrits des Juifs et Moïse (paix soit sur lui).

Croire en eux est un témoignage de notre foi.

En 628 après J.C, une délégation de moines du monastère Sainte-Catherine se rendit auprès du prophète Muhammad (paix soit sur lui) pour lui demander sa protection. Il leur a répondu en leur accordant la charte des droits qui suit.

Sainte-Catherine, le monastère le plus ancien au monde, est situé au pied du Mont Sinaï en Egypte. Doté d’une immense collection de manuscrits chrétiens, la plus grande après celle du Vatican, ce site figure sur la liste du Patrimoine mondial. Ses moines sont fiers d’y abriter également la plus ancienne collection d’icônes chrétiennes. Sainte-Catherine renferme les trésors de l’histoire chrétienne, ils y sont en sûreté depuis 1400 ans, grâce à la protection des musulmans.

Ce qui suit a été écrit dans la Charte des droits :

« Ceci est un message de Muhammed ibn Abdoullah, constituant une alliance avec ceux dont la religion est le christianisme ; que nous soyons proches ou éloignés, nous sommes avec eux. Moi-même, les auxiliaires [de Médine] et mes fidèles, nous nous portons à leur défense, car les chrétiens sont mes citoyens. Et par Dieu, je résisterai contre quoi que ce soit qui les contrarie. Nulle contrainte sur eux, à aucun moment. Leurs juges ne seront point démis de leurs fonctions ni leurs moines expulsés de leurs monastères. Nul ne doit jamais détruire un édifice religieux leur appartenant ni l’endommager ni en voler quoi que ce soit pour ensuite l’apporter chez les musulmans. Quiconque en vole quoi que ce soit viole l’alliance de Dieu et désobéit à Son prophète. En vérité, les chrétiens sont mes alliés et sont assurés de mon soutien contre tout ce qui les indispose. Nul ne doit les forcer à voyager ou à se battre contre leur gré. Les musulmans doivent se battre pour eux si besoin est. Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, ce mariage ne doit pas avoir lieu sans son approbation. Une fois mariée, nul ne doit l’empêcher d’aller prier à l’église. Leurs églises sont sous la protection des musulmans. Nul ne doit les empêcher de les réparer ou de les rénover, et le caractère sacré de leur alliance ne doit être violé en aucun cas. Nul musulman ne doit violer cette alliance jusqu’au Jour du Jugement Dernier (fin du monde). »

Cette promesse est éternelle et universelle. Le Prophète Muhammad (paix soit sur lui) a ordonné aux musulmans de la suivre jusqu’au Jour du Jugement, au même titre que nous suivons son dernier sermon avant son décès.

La charte n’impose aucune condition aux chrétiens en échange de ces droits. Le fait d’être chrétien suffit. On n’exige pas d’eux qu’ils modifient leurs croyances, qu’ils paient une contrepartie ou qu’ils se soumettent à quelconque obligation. Cette charte est une déclaration des droits, sans obligations.

Je sais que je ne parle pas en mon nom uniquement, mais au nom de la majorité des musulmans, et pas seulement ceux de Singapour mais partout dans le monde. Nous sommes avec vous solidaires. Nous prions avec vous et pour vous. Notre paix est la vôtre et votre paix est la nôtre. Chaque mot de la Charte est aussi vrai aujourd’hui qu’au temps du Prophète.

Auparavant, peut-être qu’il suffisait de savoir dans nos cœurs qu’il existe des gens bons de part et d’autre, mais les médias sont négatifs et ne nous montrent que la discorde et l’injustice, suscitant alors des doutes et des questions.

L’intention de cette lettre est de réitérer et d’assurer à nos frères concitoyens le fait que nous sommes unis.

Les musulmans célèbrent le prophète Muhammad à différentes occasions. Durant ce mois de décembre, je tiens à me rejoindre à vous dans vos rassemblements pour célébrer Jésus, sa naissance, sa vie, son message, ses enseignements, son retour, le Messie, l’Esprit de Dieu et la Vierge Marie, notre Mère.

Soyons, ensemble, unis contre les attaques envers les communautés religieuses.

Avec amour et prières, au nom de mes amis musulmans de partout.

PS: Je vous prie de m’excuser, mais, comme je crois savoir qu’il y a différentes tendances au sein de la communauté chrétienne elle-même, peut-être que vous vous identifierez plus ou moins à cette lettre, mais mon message reste néanmoins un message de paix et de solidarité.

J’ai envoyé cette lettre à plus de 200 églises à Singapour, mais je ne pense que cela les représente toutes. J’ai fait de nombreuses recherches pour obtenir des adresses e-mail et il est possible que vous ayez reçu plusieurs messages de ma part (j’en suis vraiment désolée).

J’espère tendre la main aux personnes de bonne volonté de part et d’autre, en envoyant un message pour encourager à faire beaucoup plus pour se rapprocher les uns des autres et construire des ponts entre nos communautés.

Si pas ce n’est pas maintenant, alors quand? Si ce n’est pas vous, alors qui?

La Paix soit sur vous toujours.

islamo chretien